mercredi 28 décembre 2016


Bonne et heureuse année à tous ! 









Je souhaite à chacun d'entre vous de nombreux et beaux voyages en camping car.
Pour cela n'hésitez pas, comme moi, à améliorer votre camping car pour le rendre encore plus agréable.


Par ailleurs, je vous remercie pour votre participation à mon blog qui a eu 1.300.000 pages lues en 2015 mais 
1.900.000 pages lues en 2016. MERCI A TOUS !
Cela démontre que c'est un besoin, c'est pourquoi je vais continuer mes articles, pour encore 2 années environ ; car après aurais je de nouvelles idées ?

Je rappelle pour les nouveaux lecteurs,  que je tiens ce blog à titre totalement BENEVOLE car pour moi internet c'est l'idéal pour le partage de la connaissance et l'entraide, et dieu sait si nous en avons besoin en cette période de crise.

Mes articles découlent soit de ma démarche personnelle (comme vous, je me pose des questions), soit de questions récurrentes que vous me posez. 
Le bloggeur Franck69, un professionnel du camping car est très actif pour vous aider, et je tiens à le remercier ; continue Franck !

Si vous avez des sujets d'article en tête : vous pouvez faire l'étude que je publierai sous votre nom, sinon j'étudierai le sujet.
Vous pouvez m'écrire à : thierry.voulot@gmail.com
Je compte aussi sur vous pour corriger chaque erreur rencontrée (mettre un commentaire), de façon à avoir l'information la plus juste à disposition de tous.

Les 2 prochains articles :
  • gérer ses POI sur un GPS Garmin
  • un bilan des 10 ans de mon camping car (et si vous vous mettiez aussi à m'envoyer un bilan des 10 ans de votre camping car ?)


BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2017

Bien amicalement
Thierry



vendredi 2 décembre 2016

Lire ses revues préférées sur sa tablette : plus qu'économique !










Noêl est toujours l'occasion des cadeaux, et si vous vous en faisiez un utile pour vos vacances en camping car ? (on n'est jamais si bien servi que par soi même :-)



De quoi s'agit-il ?

Au lieu d'aller chez un marchand de journaux, vous allez sur internet acheter vos revues au format numérique que vous téléchargez sur votre tablette. Ensuite, hors connexion internet, vous lisez vos revues préférées à votre rythme.

L'intérêt est que, quel que soit l'endroit où je me trouve dans le monde, j'accède à mon marchand de journaux numérique et surtout à un prix cassé localisé (à l'étranger les revues Françaises sont plus chères).
C'est donc la solution idéale en mobilité et même en non mobilité.

La lecture se fait sur tablette à l'aide d'un visualiseur (application spécifique) qui offre les mêmes avantages qu'une liseuse :
- possibilité de grossir les caractères (pratique quand on voit mal !)
- reprise de la lecture là où on l'avait abandonnée

J'ai testé plusieurs applications, seule l'application KIOSK m'a vraiment donné satisfaction.

Elle fonctionne sur les tablettes Ipad et Android, mais malheureusement pas sur Windows ; sauf si vous installez Android sur Windows (voir mon article sur le sujet).



S'abonner

Rendez vous sur le site web KIOSK .
Vous choisissez l'offre annuelle qui vous convient.
Vous indiquez votre mail, puis vous choisissez un mot de passe pour le site. Enfin vous payez par carte de crédit ; on vous fait un prélèvement mensuel de 1/12 du total de l'abonnement choisi.

Ce mode de fonctionnement permet à nos amis étrangers francophiles de bénéficier des mêmes conditions que les Français.

L'aspect financier est très intéressant. En gros vous achetez 10 revues par mois pour 10€ ; or, le prix de revient moyen d'une revue est de 3€ ; cela fait 20€ d'économie par mois et 220€ par an. En 2 années cela vous paie votre tablette neuve.

A propos de tablette, pour faciliter la lecture, choisissez la au format 4/3, avec un écran d'au moins 9 pouces ; sur le marché on trouve :
  • pour Ios : Ipad air 2 (4G si vous voulez un GPS intégré)
  • pour android : Samsung galaxy tab S2, Google nexus 9, Google Pixel C (le top, mais sans GPS intégré), Asus 3S 10 (le meilleur rapport qualité prix)
On trouve aussi toutes ces tablettes en occasion sur le site web Leboncoin à des prix très intéressants.
Evidemment les tablettes au format 16/9 fonctionneront, mais un peu moins bien, car elles sont orientées cinéma.

L'abonnement est très souple, car vous pouvez changer de revue chaque mois.
Vous êtes informé par mail des nouveautés et vous pouvez consulter le début de la plupart des revues (extrait), ce qui vous permet de lire la table des matières pour voir si vous êtes intéressé ou non.
Chaque mois, le jour de la date de votre d'abonnement, vous recevez les crédits correspondants à votre abonnement. Le plus souvent, 1 crédit correspond à une revue.


Les crédits non utilisés un mois sont reportés le mois suivant.

L'abonnement vous permet de télécharger sur votre tablette l'application KIOSK. C'est elle que vous utilisez ensuite tout le temps.




Choisir des revues


Il y un choix d'environ 1500 revues différentes ; il y a des quotidiens, des hebdomadaires, des mensuels ; évidemment, certaines que vous achetez n'y seront pas.
Le Monde du camping car et Camping car magazine en font partie.
Les journaux gratuits comme 20 Minutes aussi.
Des revues en Anglais comme : Times, Newsweek, The Week... ; malheureusement c'est la seule langue étrangère connue, sauf à prendre Vocable.

Sur le site KIOSK, il y a 2 solutions pour choisir une revue :
  • rechercher une revue par son nom ; pour cela cliquer sur la loupe et indiquer le nom de la revue
  • afficher toutes les catégories de revues, et faire son choix
La couverture de la revue est affichée, et en dessous son prix est exprimé en nombre de crédits (le plus souvent 1).

Pour acheter la revue, il faut être connecté à internet ; ensuite il suffit de cliquer sur le "nombre de crédits", puis "lire", la revue est téléchargée sur la tablette. Parfois cela parait long, mais on peut faire une marche arrière pour choisir une autre revue.




Gérer ses revues


La gestion des revues se fait connecté à internet.
Lancez l'application KIOSK.
Cliquez sur les 3 traits horizontaux en haut et à gauche de Le Kiosk, un menu vert s'affiche et il vous dit :
  • vos crédits restants
  • "ma bibliothèque" qui centralise tous vos achats. Une vignette normale indique une revue téléchargée et donc que vous pouvez lire ; une vignette estompée indique les revues que vous avez achetées, mais qui ne sont plus sur votre tablette ; vous pouvez les télécharger à nouveau en appuyant sur la vignette
  • "lecture en cours" affiche la dernière revue en cours de lecture sur votre tablette
Pour enlever une revue de sa tablette, il suffit d'aller dans "ma bibliothèque", de repérer la revue, puis de laisser le doigt dessus, de cocher le rond et d'appuyer sur "décharger" (en bas de l'écran). Notez bien qu'une revue déchargée peut être rechargée sur votre tablette.
Vos revues achetées sont gardées indéfiniment sur le site Kiosk, sauf si au lieu de "décharger", vous choisissez "supprimer".




Lire ses revues

La lecture des revues se fait non connecté à internet.
Lancez l'application KIOSK.
Allez dans le menu "ma bibliotheque" et cliquez sur la vignette correspondant à votre achat.

Quand vous cliquez sur "Lire", la page de garde de la revue s'affiche ; si vous laissez le doigt dessus, en bas de l'écran il y a des vignettes de pages que vous pouvez faire défiler très vite horizontalement pour accéder à la table des matières , ou a une page particulière (en appuyant sur une vignette avec le doigt).
Les numéros de vignettes correspondent aux numéros de pages, donc après accès à la table des matières, il est très rapide d'aller sur l'article voulu.

Pour faire apparaître les vignettes de page, cliquer dans la page (appui avec le doigt) ; pour la faire disparaître, cliquer aussi dans la page.

Pour tourner les pages, c'est un glissé horizontal du doigt qu'il faut faire (vers la gauche ou la droite).

Jusqu'à présent, je n'ai pas trouvé plus simple d'utilisation !



Divers


Pour enregistrer un article

Les articles qui m'intéressent, je les garde au format électronique, mais les réfractaires peuvent faire une photocopie de la tablette.
Comment enregistrer une page sur votre ordinateur ?
Il suffit de faire une copie de chaque écran (internet donne la solution pour chaque tablette) ; on obtient une image au format photo JPEG. On peut rassembler plusieurs pages dans un dossier portant le nom de l'article.

Bonne lecture !!

Si la tablette se fige (très rare), appuyez sur le bouton page d'accueil de votre tablette, puis à nouveau sur Kiosk...et ça repart

Vous pouvez aussi lire mon article : quelle tablette offrir pour Noêl ?






mardi 1 novembre 2016

La norme Euro 6









Cet article concerne les moteurs diesel, car si on fait moins de 20.000 kms par an, pour une voiture particulière on a intérêt économiquement à prendre un moteur essence... sachant que presque tous les campings cars sont diesel.

On me pose souvent la question : je distingue comment un véhicule Euro 5 d'un véhicule Euro 6 ?
Alors je vous ai concocté un petit article relatif à TOUS les véhicules diesels.
Il concerne donc votre camping car, mais aussi votre voiture particulière.


Un petit historique

Le moteur Diesel a toujours été utilisé pour les moteurs puissants sur les camions notamment.
Il s'est développé pour les voitures particulières suite à une vision stratégique des gouvernements Français successifs (de tous bords politiques) : nos constructeurs sont meilleurs en Diesel : aidons les, c'est bon pour l'emploi !
On a donc baissé le prix du Diesel et les consommateurs se sont rués sur la bonne affaire.
Bonne affaire, pas si sûr, car un moteur Diesel coûte plus cher à l'achat qu'un moteur essence ; mais personne n'a dit que sur la durée de vie du véhicule, le moteur Diesel est plus cher à l'entretien (d'environ 20%) et aussi moins fiable (depuis le durcissement des normes écologiques).
Les nouveaux moteurs essences de petite cylindrée (downsizing), de construction plus complexe que les anciens, doivent logiquement être moins fiables sur leur durée de vie.

Le récent Volkwagengate (un dispositif intelligent, pendant les tests d'homologation, baissait l'émission de gaz nocifs) a forcé l'état Français à se poser des questions sur la pollution des moteurs Diesels. 
Les résultats sont stupéfiants : les meilleurs émettent 2 fois plus de particules que les valeurs d'homologation (Peugeot/Citroen) ; les moins bons émettent 5 fois plus de particules que les valeurs d'homologation (Renault) et avec des moteurs Euro 6 (voir sur le sujet le rapport Royal) !

Tout ceci explique en partie pourquoi TOUTES les grandes villes du monde sont très polluées. La conséquence : un grave problème de santé publique.

Pour respecter des normes encore plus contraignantes, les constructeurs font des véhicules de plus en plus chers et aussi de plus en plus complexes (donc moins fiables) ; la norme actuelle est la norme Euro 6. Mais elle va encore se durcir à l'avenir.





Les moteurs Euro 6

Quelles sont les 2 techniques en compétition ?
Le piège à Nox a été adopté par Renault, Nissan (voitures particulières), Volvo, Hyundai, Fiat et Iveco, car peu chère à mettre en place, même si très inefficace.

Le SCR a été adopté par tous les autres constructeurs et par Renault pour les utilitaires.
Cette technologie de très loin la meilleure nécessite l'adjonction au moteur d'un liquide appelé AdBlue. Tous les constructeurs passeront progressivement à cette technique qui restera donc la seule en lice dans le futur.

Donc retenez : les porteurs de campings cars Euro 6 : Citroen, Renault, Mercedes, Ford et VW ont la bonne technologie.
Les porteurs FIAT et IVECO ont la mauvaise technologie : HONTE à eux ! les moteurs Fiat sont super polluants.
Si vous avez la fibre écolo, vous savez maintenant quels porteurs acheter.
Notez au passage qu'entre un Euro 5 Fiat et le même modèle en Euro 6, la différence de nocivité est minime.

Comment reconnait-on un véhicule Euro 6 ?
Pour les véhicules à technologie piège à Nox, il n'y a pas de réservoir supplémentaire.

Pour les véhicules de technologie SCR, il a une trappe supplémentaire (voir la photo en haut de cet article), pour ajouter du liquide AdBlue.
Il y a donc un nouveau réservoir spécifique qui peut contenir jusqu'à 20 litres de produit (variable selon les constructeurs).
Un voyant est donc ajouté au tableau de bord pour indiquer de recharger le réservoir, environ 2000 kms avant la panne sèche.

Et ça consomme beaucoup d'AdBlue ?
Comptez 1 litre pour 1000 kms en moyenne. Donc un réservoir de 18 litres permet de tenir 18.000 kms (cas du Mercedes Sprinter).
Dans les stations services, évitez les distributeurs pour poids lourds dont la pression est trop forte pour un petit utilitaire.

Pour quel coût ?
Une mise à niveau d'AdBlue est incluse dans le forfait de révision des concessionnaires ; comptez 90 € tous les 18.000 kms.
Bien sûr les plus malins peuvent faire le plein d'Adblue eux mêmes ; un bidon de 10 litres coûte environ 20 € ; mais attention : si vous dépassez le niveau max, le réservoir se déformera et devra être changé.

L'impact de la norme sur les alternateurs
A partir de la norme Euro6, les alternateurs donnent de l'électricité qu'en cas de besoin (donc plus en continu) ; c'est fâcheux pour les campings caristes !
Heureusement, des dispositifs électroniques commencent à être commercialisés pour pallier ce problème ; c'est le cas notamment de WAECO (groupe Dometic) qui commercialise un booster/chargeur (tension de sortie 14,2V) qui s'installe entre l'alternateur et la batterie de service. Une solution intéressante d'autant qu'il existe des modèles 20A et 40A (Perfectcharge DC40).

Les nouveaux chargeurs REDARC incluent aussi cette fonction, de même que le VICTRON buck-Boost 50 





Le futur

Les normes devenant de plus en plus contraignantes dans le temps, les constructeurs vont ajouter de plus en plus de dispositifs qui vont augmenter le prix et surtout la complexité des véhicules. C'est la même problématique que pour les centrales atomiques.
Et la grande question est : à partir de quel coût exorbitant on remet à plat le système et on change de technologie ? et aussi, plus on ajoute de complexité, plus on diminue la fiabilité.

Personnellement je ne croit pas au développement massif de l'électrique, car on produit de l'électricité avec quoi ? avec des centrale thermiques polluantes ou des centrales nucléaires hyper dangereuses, onéreuses et dont on ne sait que faire des déchets.

Peut être des moteurs à hydrogène ?

Pour moi, l'avenir des campings cars dans moins de 10 ans est un moteur à essence à compression variable. Ce moteur existe déjà ; il a été mis au point par la Société Européenne MCE-5 (subventionnée par la CEE) ; les premières voitures qui utiliseront bientôt ce moteur seront ....Chinoises ; un comble !
Les atouts vérifiés de ce moteur essence : pollution très inférieure a tout moteur diesel à prix équivalent, avec une consommation identique (voire inférieure), à puissance identique.
Nissan et  Renault sont aussi en train de mettre en oeuvre un moteur à essence propre : lire l'article

Alors, vivement demain !

Il convient de noter que l'actuel malus écologique ne repose que sur la valeur des émissions en CO2 (gaz carbonique) des véhicules ce qui pénalise les moteurs essence. Comme les Nox qui sont très nocifs ne sont pas pris en compte, on constate que les moteurs diesels échappent le plus souvent au malus écologique : un comble !


Voir aussi les sites web :
lecampingcarlesite qui explique les différentes technologies
myaddblue qui permet de tout savoir sur l'adblue, dont la capacité des réservoirs





jeudi 13 octobre 2016

2016-Le salon du camping car

















Je suis arrivé au salon un mardi vers 10H30 : 4 caisses dont 2 seulement étaient ouvertes ; une des caisses était dédiée aux paiements 50% soit 100% des visiteurs ; résultats : une file d'attente importante et un caissier inoccupé !
On ne peut pas dire que le responsable de l'organisation ait une démarche orientée client.

Que retenir de ce salon ?


Les campings cars

Pas de révolution en vue. L'évolution vient des porteurs à la norme Euro 6 (j'ai l'intention de faire un article sur ce sujet épineux). Retenez que pour le moment, FIAT qui équipe la plupart des campings cars,  a adopté la technique la plus polluante : merci !
Les campings cars poids lourds n'ayant pas eu le succès escompté (malgré le nombre très important de campings cars en surcharge), on trouve une pléthore d'offres dans les moins de 7m. Je n'ai cependant pas aperçu le mouton à 5 pattes.
Les prix ne baissent pas et la qualité stagne.
Une bonne nouvelle : le nombre de modèles avec châssis Alko est en nette augmentation. Je rappelle que ce châssis n'est adaptable que sur les porteurs FIAT ou CITROEN (pour le moment). La revue "Le Monde du Camping car", spécial salon, indique les modèles avec châssis Alko.

Pour les fourgons, comme d'habitude, à longueur égale, on retrouve le plus souvent le même plan sur les 3/4 des véhicules (à croire qu'ils sortent de la même usine). Sortent du lot : le Bel Ami (Font Vendôme), le Néovan (Camperêve) et les modèles de l'Allemand La Strada (aux prix stratosphériques).


Les accessoires

Je suis toujours étonné du peu d'exposants pour les accessoires alors qu'au salon nautique il y a un hall complet où on peut même acheter des produits !
Peu de nouveautés, mais j'ai quand même été intéressé par :
- EZA élargit sa gamme de batteries lithium et vend un convertisseur 1500W
- DOMETIC commercialise un lanterneau Fantastic Vent 7350 qui reprend et améliore ce que Fiamma commercialise depuis quelques années avec son Turbo vent prémium (à mon avis, à installer puis tester avant de songer à installer une climatisation)
- SIKA très réputé dans la marine, sans doutes pour des raisons marketing, crée une gamme spéciale camping car ; le Sikaflex-512 Caravan fait la même chose que le Sikaflex 292 ou 295
- WAECO (groupe Dometic) commercialise un booster/chargeur (tension de sortie 14,2V) qui s'installe entre l'alternateur et la batterie de service. Une solution intéressante d'autant qu'il existe des modèles 20A et 40A (Perfectcharge DC40). Cette technique va sans doutes s'imposer à cause des nouveaux alternateurs à économie d'énergie monté sur les moteurs à la norme Euro 5 et surtout Euro 6 (1).
- MATTCHEM très présent dans le milieu nautique présente ses nombreux produits d'entretien pour le camping car, tous bio


(1) les nouveaux chargeurs REDARC incluent aussi cette fonction, de même que le VICTRON buck-Boost 50




dimanche 2 octobre 2016

Recharger une batterie cellule de façon optimale



















Cet article sera le dernier relatif à l'électricité.

Il s'adresse aux nombreux campings caristes qui ont augmenté la capacité de leur parc batterie cellule, et donc pour lesquels la fonction de recharge n'est pas optimisée.
Il s'adresse aussi à ceux qui ont un ou des panneaux solaires et qui veulent faire durer leur batterie.

en effet, la fonction de charge standard est optimisée pour recharger la capacité de batterie cellule livrée en standard avec le camping car (environ 110Ah).
La batterie moteur est hors sujet, car elle est rechargée par l'alternateur (mais à fond à 100% en se branchant sur l'électricité - si votre centrale électrique est prévue pour).

L'énergie pour un camping car est une question cruciale quand on veut être autonome. Le problème ne se pose pas aux nombreuses personnes qui vont au camping chaque soir et qui se raccordent à l'électricité.
Personnellement, je vais en camping 1 soir sur 10 et je ne me raccorde plus à l'électricité depuis que j'ai 300W de panneaux solaires (en hiver je ne fais pas de camping car).

L'objet de cet article est de vous donner les clés pour déterminer l'intensité maximum du courant de charge d'une batterie cellule quelle que soit sa capacité, et de vous permettre de l'atteindre dans de bonnes conditions de sécurité, pour faire durer votre batterie.
Pourquoi ? parce qu'une batterie toujours chargée est une batterie qui dure et par ailleurs une recharge rapide facilite le camping sauvage.

Je rappelle que pour durer :
  • les batteries non lithium ne doivent pas être déchargées de plus de 50%, c'est à dire que si vous avez 200Ah de batterie, il ne faut pas utiliser plus de 100Ah ; ensuite il faut les recharger à 100% (la tension trop faible fournie par un alternateur ou une pile EFOY ne permettent pas une recharge à 100% ; les panneaux solaires ou le 220V le permettent)
  • les batteries lithium ne doivent pas être déchargées de plus de 80%, c'est à dire que si vous avez 200Ah de batterie, il ne faut pas en utiliser plus de 160Ah ; ensuite il faut les recharger, mais pas forcément à 100% (ce qui est un gros avantage).
    Donc la batterie lithium est idéale pour nous, dommage qu'elle soit si chère !



Quelle intensité de charge maximum peut supporter ma batterie cellule   ?



Pourquoi je parle d'intensité maximum ? parce que plus vite on charge une batterie, plus vite on est autonome.

L'intensité maximum de recharge dépend de :
  • la capacité (C) de la batterie exprimée en ampères heures (Ah). Cette capacité est écrite sur la batterie (exemple 120 Ah)
  • de la technologie de la batterie : plomb, AGM, GEL ou Lithium ; elle aussi est écrite sur la batterie
L'intensité maximum que je vais indiquer est celle IDEALE qui permet de faire durer la batterie ; c'est à dire qu'on peut la dépasser, mais dans ce cas la batterie dure moins longtemps car elle chauffe.
Ces valeurs ont été déterminées empiriquement par les constructeurs ; les voici :
  • batterie plomb C/5
  • batterie AGM   C/4
  • batterie GEL    C/4
  • batterie Lithium C/2
Exemples : une batterie AGM ou GEL de 200 Ah se recharge avec un courant maximum d'une intensité de 50 ampères (= 50A), alors qu'il peut être de 100A pour une batterie Lithium de même capacité (même si certains vendeurs annoncent plus !). 
Donc si on recharge avec un courant de 50A pendant 1 heure, on obtient 50Ah.

La question qui se pose maintenant est : comment produire l'intensité maximum ?




Comment produire l'intensité maximum ?



Il suffit d'alimenter la batterie avec un courant dont l'intensité maximum a été calculée précédemment. 
Élémentaire mon cher Watson ! voyons cela.
Vous avez fait votre calcul et vous connaissez le nombre d'Ampères à ne pas dépasser.
Dans mes exemple je continuerai sur du 200Ah, vous pourrez facilement faire les calculs si vous êtes au dessus ou en dessous).

Ensuite, il faut prendre en compte tous les paramètres techniques qui concourent à recharger la batterie si on ne veut pas la surcharger.

Quels sont ces éléments :
  • l'alternateur qui produit un courant maximum uniquement quand on roule et si le moteur est au dessus de 1500 tours/minutes (c'est à dire pas au ralenti)
  • des panneaux solaires qui l'été quand il fait beau, produisent un courant maximum en Ampères (A) de P/10 ampères (P = puissance en watt des panneaux solaires) ; ainsi 300W de panneaux donnent un maximum de 30A (pour une batterie 12V) ; courant dont l'intensité varie dans la journée selon la trajectoire du soleil.
  • une pile au méthanol ; elle donne au maximum 9A (EFOY 210)
  • un générateur au gaz ou au gas oil qui peut fournir selon les modèles jusqu'à 25 A ; ou tout autre générateur de courant

Maintenant c'est comme pour la cuisine : nous avons les ingrédients, voyons comment les mélanger pour avoir un plat appétissant !

Deux cas sont à examiner selon que l'on roule ou pas.
Si on a 200 Ah de batterie AGM ou GEL déchargée à 50% (donc à recharger de 100Ah), on peut la recharger idéalement avec un courant de pointe de 50A.


Quand on roule


L'intensité maximum reçue par la batterie = intensité fournie par l'alternateur + éventuellement intensité fournie par les panneaux solaires

1)L'ALTERNATEUR

Reprenons le cas de notre batterie AGM de 200 Ah à recharger de 100 Ah.
Si on roule 1H, la centrale électrique d'un camping car de série récent recharge la batterie de service de 20Ah et alimente le frigo de 15A (frigo à absorption) ; donc elle débite en tout 35A, alors qu'un alternateur moderne peut délivrer en continu entre 50 et 70A. 
Il faudrait donc rouler au minimum 5H pour recharger la batterie. 
En fait il faut plus de temps, car une batterie AGM ou gel a une courbe de charge qui envoie l'intensité maximum (étape BOOST) pendant en gros le 1/3 du temps de charge, après l'intensité du courant de charge diminue.
Cela ne s'applique pas aux batteries lithium qui ont un BOOST d'au moins 2/3 (donc beaucoup plus avantageux).

On en déduit donc que, quelqu'un qui fait du camping sauvage et qui roule 4h par jour (dans notre exemple), ne recharge pas sa batterie comme il faut.
Nous verrons plus bas comment tirer plus de courant de son alternateur.

Il y a frigo et frigo : nos campings cars sont (malheureusement car moins chers) équipés de frigos à absorption ; un 130 litres consomme 175W, donc en 12V nécessite (175/12) environ 15Ah.
Les frigos à compression qui sont nettement plus efficaces consomment 65W en 130 litres, donc en 12V nécessitent (65/12) environ 5Ah.

Il en résulte que quand on roule, un frigo à compression permet de récupérer 10Ah s'il remplace un frigo à absorption.


2)LES PANNEAUX SOLAIRES

Si on n'a pas modifié son installation pour l'alternateur, si celui ci produit 20A ; manquent 30A pour être à l'intensité de recharge maximum de notre exemple (50A). 

Comme vu précédemment, pour les panneaux solaires P/10 = A  ; donc P =10 fois A il faut donc 300W de panneaux solaires minimum (tiens tiens !).
J'ai dit 300W minimum car on peut mettre plus (voir le paragraphe plus bas  : comment obtenir plus des panneaux solaires).

Moralité l'été quand il a du soleil l'été et que je roule au moins 2H, et que les panneaux solaires sont reliés directement à la batterie cellule, je peux la recharger de 100Ah et à 100%. Avec cela je suis tranquille au moins 2 jours à l'arrêt non connecté au 220V.




Quand on ne roule plus


L'intensité maximum  reçue par la batterie = intensité fournie éventuellement par le 220V + intensité éventuellement fournie par les panneaux solaires + intensité éventuellement  fournie par un autre générateur.
Je rappelle qu'on raisonne sur des intensités maximum, donc on examine les cas les pires.

Si vous avez un frigo à compression de 130 litres, il faudra prévoir une consommation de 63 Ah par jour et le connecter idéalement à la batterie de service.


1)Si je suis branché sur le 230V

Les bornes modernes délivrent 16A maximum, mais il y en a encore de nombreuses à 10A, et même à  5A. 
Si je suis sur du 16A, 0,8A vont au frigo (eh oui ! on est en 230V, plus en 12V !) et souvent 2,5A vont pour recharger la batterie moteur ; restent 12,7A (16-2,5-0,8) pour la batterie de service que je vais donc recharger pour 100Ah en environ 8H (donc pendant notre sommeil 100/12,7).
Donc si je ne fais rien d'autre, je recharge ma batterie de 12,7 Ah par heure, à condition de ne pas utiliser la clim, ou tout autre consommateur de 230V ; mais aussi tout autre consommateur de courant 12V (télé...) qui déchargent la batterie pendant sa recharge.
Si je ne suis pas sur du 16A, ce n'est pas en 8H que va se faire la recharge mais en beaucoup plus (vous avez tous les éléments pour faire vous même le calcul selon le courant délivré par la borne électrique).

Pour recharger de 50Ah de jour, 300W de panneaux solaires ajoutent l'été 30Ah. manquent 10Ah.
Cela veut dire que si j'ai 300W de panneaux solaires, chaque heure ma batterie va se recharger de 30+12,7= 42,7Ah ; donc en un peu plus de 2H j'aurai rechargé ma batterie.


On pourrait faire le même raisonnement avec une pile EFOY qui ajouterait 9Ah, ou un générateur au gaz qui ajouterait 25Ah.


2)Si je ne suis pas branché sur du 230V

Pour recharger c'est un mélange panneau solaire, autre générateur pile EFOY ou générateur à gaz.

En reprenant l'exemple de ma batterie AGM de 200 Ah, il faut toujours la charger à 50A et les panneaux solaires en donnent 30 ; manquent donc 20A.

On peut ne rien faire (ce que je fais).

On peut mettre en route la pile au méthanol, on aura un maximum de 30A+9A =39A, donc on rechargera la batterie de 39Ah par heure.
On peut à la place mettre en route un générateur au gaz ou a gas oil. Imaginons que nous en ayons un qui produise 25A. Nous aurons alors un maximum de 30A+25A=55A ; on dépasse légèrement nos 50A, mais c'est admissible d'autant que la production des panneaux solaires est variable avec le temps et l'heure de la journée.





Comment obtenir plus de l'alternateur ?

Les caractéristiques de l'alternateur de notre camping car sont écrites dessus ; vous pouvez aussi téléphoner à votre accessoiriste.
Pour les campings cars récents, 
la production se situe entre 120 et 170A .
On peut sans l'endommager en tirer A/3 (pas plus), soit pour un alternateur de 170A au plus 56A (170/3), et pour 120A au plus 40A.

Pour cela il faut faire modifier son installation par un accessoiriste qui choisira la solution en fonction de la technologie de la batterie. 

Cette solution consiste à ne plus alimenter la centrale électrique directement par l'alternateur ; elle ne sert plus alors qu'à gérer les circuits consommateurs de courant. La solution alimente directement la batterie cellule.

Pour du GEL ou de l'AGM on peut par exemple mettre un boitier Redarc de 40A, ou un boitier NDS power service, ou un Perfectcharge DC40 de WAECO (pas pour le lithium).
Pour du lithium sur mesure, j'aime bien la solution VICTRON Energy 
 BMS 12/200 car on fixe l'intensité du courant maximum souhaité par un fusible de la valeur du courant max. Par ailleurs un calculateur contrôle tous les producteurs de courant et commande la coupure de courant quand c'est nécessaire (dont celle du régulateur MPPT). 
Pour aller plus loin, voir mon article : faut-il acheter des batteries lithium ?





Comment obtenir plus des panneaux solaires


On choisit un régulateur solaire pour son
 nombre d'ampères (A) de charge maximum ; ce nombre est écrit sur le régulateur.
Il permet de calculer la puissance des panneaux nécessaires, en fonction du voltage de la batterie.
Pour aller plus loin, voir mon article : une installation solaire optimale.

La formule de calcul approchée pour la puissance solaire nécessaire est  P=10A , P étant la puissance des panneaux ; pour 
un régulateur MPPT de 30A, on posera 300W de panneaux solaires.
Cette valeur de 30A est la valeur maximum transmise à la batterie.

Si je veux poser plus de panneaux solaires pour avoir plus de courant hors saison, que faire ?

Alors quelles solutions pour ne pas griller le régulateur ?
J'en voit deux :
  • travailler en 24V pour un ampérage de régulateur calculé pour alimenter une batterie de 12V, on peu installer 2P de puissance si on a des panneaux 24V. En reprenant notre exemple de régulateur de 30A, il pourra supporter 600W de panneaux 24V ou 300W de panneaux 12V.Pour avoir 600W de panneaux 24V : on branche en parallèle 2 panneaux 24V de 300W ; à défaut de panneaux 24V, on peut fabriquer un panneau 24V de 300W en branchant en série 2 panneaux 12V de 150W chacun.
  • Choisir un régulateur plus costaud et limiter le courant max de sortie du régulateuron peut mettre une surface de panneaux solaires, et installer un régulateur qui correspond au courant max produit par ces panneaux ; ensuite pour bien charger la batterie, on peut demander au régulateur de limiter le courant max qui va à la batterie (possible avec certains régulateurs seulement, dont les Victron).Exemple : j'ai 600W de panneau solaire travaillant en 12V et un régulateur de 60A, je peux paramétrer le régulateur pour limiter le courant max à 30A ; c'est donc la solution à utiliser pour des panneaux montés en parallèle.

    Cette solution est intéressante si on a une batterie autour de 100 Ah pour laquelle on met 80W de panneau solaire. Si a la place on met 160W de panneau solaire avec un régulateur MPPT de 15A que l'on paramètre pour délivrer 7A en pointe, on aura un courant de 7A toutes les saisons sauf l'hiver (par temps ensoleillé bien sûr)


IMPORTANT : ne pas perdre de vue que le courant sorti du régulateur s'ajoute aux 20A fournis par l'alternateur (ou aux 16A du 230V). C'est pourquoi des lecteurs on carrément posé un interrupteur entre le régulateur et la batterie : ainsi, ils ne produisent du courant d'origine solaire uniquement à l'arrêt.

Avec ce que je viens d'écrire, vous savez donc calculer en fonction de l'intensité maximale nécessaire à la batterie de service (en complément de ce que fournit l'alternateur) : la surface des panneaux solaires et l'ampérage du régulateur.





Pour conclure

Quand on peut, il faut toujours donner un courant maximum de recharge à sa batterie pour la faire durer.
Maintenant vous savez comment faire quelle que soit la capacité de votre batterie, mais ne passez pas par la centrale électrique (ou EBL) car dans tous les cas vous auriez un maximum de 20A.
Les panneaux solaires ou les autres générateurs de courant doivent être branchés directement sur la batterie de service pour ajouter leurs intensités (vous avez maintenant les clés pour le calcul).

Souvenez-vous qu'après l'étape de charge à intensité maximum (BOOST), la batterie n'est rechargée qu'à 80%. Pour la charger à 100%, il faut ensuite un certain temps et surtout du courant produit soit par des panneaux solaires, soit par du 220V, soit par un booster (élévateur de tension placé entre l'alternateur et la batterie de service).
Cette remarque ne concerne pas les batteries lithium dont une charge de 80% suffit pour durer (le nombre de cycles charge/décharge maximum est indépendant du pourcentage de recharge de la batterie, à l'inverse des batteries AGM ou gel qui idéalement doivent être rechargées à 100%).

Attention, pour une batterie lithium, branchez en amont de la batterie un BMS simple du type VE bus BMS et BMS 12/200 de chez Victron Energy pour éviter tout problème (solution analogue chez Mastervolt). Vous pouvez aussi prendre une pile EZA qui règle tous ces problèmes.


Voir aussi mes autres articles :


Modification du 23/102016
A partir de la norme Euro6, les alternateurs donnent de l'électricité qu'en cas de besoin (donc plus en continu) ; c'est fâcheux pour les campings caristes !
Heureusement, des dispositifs électroniques commencent à être commercialisés pour pallier ce problème ; c'est le cas notamment de WAECO (groupe Dometic) qui commercialise un booster/chargeur (tension de sortie 14,2V) qui s'installe entre l'alternateur et la batterie de service. Une solution intéressante d'autant qu'il existe des modèles 20A et 40A (Perfectcharge DC40).




lundi 19 septembre 2016

Appel au boycott des stations services TOTAL

Plusieurs lecteurs m'ont informé que les stations services TOTAL en France refusaient de remplir de GPL les bouteilles des campings cars, alors qu'ils ont la goulotte de remplissage extérieure réglementaire.

Nous appelons donc TOUS les campings caristes Européens à boycotter les stations services TOTAL.

Merci de m'informer si vous entendez parler d'un changement bienveillant. Il suffit de poster un commentaire en bas de cette page.



jeudi 1 septembre 2016

Bien choisir son convertisseur 12V vers 230V



















A la maison, les appareils électriques fonctionnent avec un courant alternatif d'une tension de 230V. C'est impossible de les utiliser directement en camping sauvage, car la batterie cellule délivre un courant continu d'une tension de 12V.

Il existe une solution : transformer le 12V continu de la batterie cellule en 230V alternatif ; c'est le rôle du convertisseur de tension (appelé aussi onduleur ou convertisseur DC/AC ; inverter en Anglais).

Donc si vous allez régulièrement en camping et que vous pouvez vous connecter sur une borne 230V, vous n'êtes pas concerné par cet article.

Nous allons voir successivement :
  • quel type de convertisseur choisir ?
  • de quelle puissance ai-je besoin ?
  • impact de la puissance sur le câblage
  • impact sur la capacité batterie
  • l'offre du marché





Quel type de convertisseur choisir ?


En visitant des campings cars lors de nos différentes rencontres,  j'ai repéré les appareils suivants qui fonctionnent tous en 230V :
  • le sèche cheveu de madame (puissance entre 1000 et 2000W)
  • un four à micro-ondes (puissance entre 600W et 1500W)
  • une plaque à induction 1 feu (2000W)
  • un climatiseur (puissance 1500W)
  • une TV en 220V (il en existe en 12V mais souvent plus chères et surtout avec moins de choix)
  • une brosse à dent électrique
  • un rasoir électrique (20W)
  • un ventilateur à pales (50W)
  • un aspirateur
  • des ordinateurs
  • sinon, ce qu'on veut...
Avant de franchir le pas, il faut se poser la question : en ai-je vraiment besoin ?
Car on verra dans ce qui suit que pour des puissances élevées de l'ordre de 1500W, le convertisseur a un poids qui s'ajoute à tous les surpoids que vous avez déjà ajouté (ça peut aller jusqu'à 15kg) ; pensez au PTAC.
Sans parler du câblage qui s'il est mal conçu, peut entraîner un incendie.

Il existe 2 type de convertisseurs, les pur sinus et le quasi sinus.

Alors quel type choisir ?
Je vous conseille un convertisseur pur sinus qui seul produit un courant alternatif comme celui de la maison ; sinon vous risquez de détériorer vos matériels électriques. C'est aussi le seul qui permet de supporter tout type d'appareil.




De quelle puissance ai-je besoin ?


La réponse est simple : la puissance nominale du convertisseur doit être égale au moins à la puissance de l'appareil qui a la plus grande puissance.

Comment je connais la puissance ?
La puissance est exprimée en watts (W) ou en VA (volt ampère), elle est inscrite sur l'appareil électrique ; cette puissance en fonctionnement continu est dite nominale.
1 W = 1 VA

Mais certains appareils ont une puissance au démarrage nettement supérieure à leur puissance nominale, c'est la puissance de pointe (en général ceux équipés de moteurs). Voir le lien ci-après : 
Et justement, un bon convertisseur pur sinus peut supporter des puissances de pointe (ou crête), jusqu'à 2 fois sa puissance nominale ; mais pas plus.

Et puis le coût est-il un obstacle ? car pour un simple sèche cheveux, si on doit dépenser 450€ dans un convertisseur, à la place, on peut se payer pas mal de places de camping. C'est un choix personnel.

Cas particulier : le frigo domestique 230V (certain veulent en utiliser un pour le payer moins cher). S'il consomme 100W, le pic au démarrage est de 1000W soit 10 fois plus ; il faut donc pour l'alimenter un pur sinus d'au moins 500W.




Impact de la puissance sur le câblage ?


Jusqu'à 180W de puissance, l'alimentation électrique peut se faire sur simple prise allume cigare ; pour des puissances supérieures il faut un branchement direct sur la batterie cellule.

Prenons l'exemple d'un sèche cheveux tout bête ; il est bas de gamme et il a une puissance de 1000W.
La puissance est la même quelle que soit la tension, donc 1000W en 230V = 1000W en 12V.
Ce qui change énormément, c'est l'intensité du courant nécessaire :
  • en 230V, il faut 1000/220=4,54 A (ampères)
  • en 12V, il faut 1000/12= 83,33 A (ampères)
Et 83A, c'est énorme en camping car, car cela influe sur la section du câble qui relie la batterie de service au convertisseur.

Mais attention : votre convertisseur de 1000W de puissance nominale a une puissance de pointe (ou de crête) de 2 fois plus, soit 2000W.
On calcule la section des fils pour l'intensité du courant à puissance de crête.
Soit dans le cas de notre sèche cheveux, non pas 83A, mais le double : 166A.

Mon article "quels fils pour mon camping car" vous sera bien utile pour comprendre.
Pour simplifier la section du fil à utiliser est égale au produit de l'intensité par la longueur ; le tout divisé par 10.

Un exemple :
si le convertisseur de 1000w est placé à 2m de la batterie de service et que le courant est de 160A, il faut une section de fil de (160x2)/10, soit 35 mm2.

Les fils électriques ont une section normalisée en mm2 : 4, 6, 10, 16, 25, 35, 50, 70, 95, 120, 150 ; il faut prendre, par sécurité, la section immédiatement supérieure à celle calculée.

Encore un bon argument pour faire fonctionner les campings car avec du 24V et mieux du 48V !
En effet en 24V on divise les sections des fils par 2 et en 48V par 4.

Dernier point, la liaison entre batterie et convertisseur se faisant en courant continu, il faut prendre du fil multibrins plutôt que du monobrin.

Retenez : petite intensité de courant en 220V signifie très grosse intensité en 12V. En gros 20 fois plus.

Le convertisseur sera installé à l'intérieur du camping car, pas loin de la batterie de service (sauf à utiliser une grosse section de câble), et dans un endroit ventilé car il y a dégagement de chaleur.

Pour protéger le convertisseur il faut :
  • dans tous les cas un fusible entre batterie de service et convertisseur, au moins égal au courant max
  • pour un convertisseur de plus de 1000W, un disjoncteur différentiel HPI 230V en sortie du convertisseur





Impact sur ma capacité batterie ?


Je reprends l'exemple de mon sèche cheveux de 1000W qui nécessite un courant de 83A en 12V (partie située entre la batterie de service et le convertisseur).
Si je l'utilise 1 heure, il va utiliser 83Ah sur la batterie de service, mais si je l'utilise 1/4 d'heure, il va utiliser 83/4 soit environ 20 Ah, ce qui est peu.

Rappel : pour faire durer une batterie non lithium, il ne faut pas la vider à plus de 50%, soit ne pas prélever plus de 60Ah sur une batterie de capacité 120Ah

Vous comprenez tout de suite que si je veux utiliser un climatiseur de 1000W, il me faudra un convertisseur de 1000W qui prélèvera environ 100A par heure de fonctionnement sur la batterie. Il est impossible d'utiliser un climatiseur en camping sauvage sauf à avoir un bruyant générateur de courant en plus.

Par ailleurs, quand un appareil à moteur démarre, il utilise brièvement beaucoup plus de courant ; or les batteries Gel ne sont pas conçues pour cela. Seules les batteries AGM ou lithium le permettent.
On peut très bien remplacer sa batterie moteur par une AGM, mais si c'est avec une batterie Gel, le moteur aura bien du mal à démarrer.

Donc maintenant vous êtes capable de voir l'influence de vos appareils choisis sur votre batterie de service ; cela peut vous amener à redimensionner votre parc batterie.




L'offre du marché

Pour le prix, il faut compter à la louche 1€ du watt, soit 1000€ pour 1000W (fourchette supérieure). 
Vous pouvez acheter du matériel bas de gamme et inconnu, mais pensez durabilité et incendieMieux vaut acheter d'occasion un appareil haut de gamme (site web leboncoin).
Par ailleurs pour vous donner une idée, un appareil de 200W bien construit pèse autour de 3kg.

Si comme le mien, votre camping car couche dehors, prenez une qualité nautique.

Les principales marques de confiance qu'on trouve en France sont :
  • Truma (pour ses climatiseurs uniquement)
  • Waeco
  • Inovtech
  • Telair (pour ses climatiseurs uniquement)
  • Cotek (qui fabrique aussi pour waeco et victron notamment)
Et dans le monde du nautisme réputé pour sa fiabilité (car les conditions de fonctionnement sont nettement plus dures qu'en camping car) :


Divers

Voir aussi sur le sujet, les articles des sites web :

Pour approfondir l'électricité du camping car voir mes articles :